Etat des lieux du marché Eurasiatique

Focus sur l’Union Economique Eurasiatique

eurasiatique dualest
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

L’Union économique eurasienne est une organisation internationale d’intégration économique régionale.

L’UEEA a été créée dans le but d’une modernisation globale, d’une coopération et d’une amélioration de la compétitivité des économies nationales et de la création des conditions d’un développement stable afin d’améliorer le niveau de vie de la population des États membres

L’UEEA garantit la libre circulation des biens, des services, des capitaux et de la main-d’œuvre, ainsi que des politiques coordonnées, harmonisées ou unifiées dans les secteurs de l’économie.

Les États membres de l’UEEA :

  • La République d’Arménie, 
  • La République du Belarus (Biélorussie),
  • La République du Kazakhstan, 
  • Kirghizistan (Kyrgyzstan),
  • La Russie.

3 pays ont le statut d’observateur ce qui signifie qu’ils ont le droit de participer aux activités de l’organisation, mais n’ont pas le droit de voter ou de participer au processus décisionnel. 

États observateurs de l’UEEA :

  • République de Moldavie (à partir du 14 mai 2018) 
  • République d’Ouzbékistan (à partir du 11 décembre 2020)

Focus sur la Géorgie

Nom officiel : Géorgie
Nature du régime : démocratie parlementaire
Chef de l’État : présidente de la Géorgie, Mme Salomé Zourabichvili (élue en novembre 2018 pour un mandat de 5 ans)
Chef du gouvernement : Premier ministre, M. Irakli Garibachvili (depuis le 22 février 2021).

Données géographiques

Superficie : 69 700 km²
Capitale : Tbilissi (1,17 million d’habitants)
Villes principales : Kutaisi, Batumi, Rustavi
Langue officielle : géorgien
Langues courantes : géorgien, russe, abkhaz, azéri, arménien, ossète.
Monnaie : lari (GEL) (1 € = 3.70 GEL en sep. 2021).
Fête nationale : 26 mai (proclamation de l’indépendance le 26 mai 1918 vis-à-vis de la République démocratique fédérative de Transcaucasie, définitivement acquise le 9 avril 1991).

Données démographiques

Population (recensement de 2019) : 3 723 000 (hors régions séparatistes) ; Ossétie du sud 51 000 (estimation) et Abkhazie 241 000 (estimation 2011)
Densité (2019) : 65,1 habitants/km²
Croissance démographique (World Population Review, 2019) : – 0,15 % (outre la perte des territoires sécessionistes, les conditions économiques entraînent une forte émigration).
Espérance de vie (Geostat 2018) : 74,0 ans
Taux d’alphabétisation : 100 %
Religions : orthodoxes (84 %), musulmans (10 %), chrétiens de rite arménien (4 %), catholiques (0,8 %)
Indice de développement humain : 0,786 (70e rang sur 189)

Données économiques

PIB (2018) : 16,2 Mds USD (Geostat)
PIB par habitant (2019) : 4345 USD (Geostat)
Croissance du PIB (2018) : +4,7 % (FMI, Banque Mondiale, Geostat)
Chômage (au sens du BIT) (2019) : 12,7 % (FMI, Geostat)
Inflation (mai 2019) : 3,6 % (Geostat)
Solde budgétaire (2018) : -7,7 % PIB (FMI)
Balance commerciale (2018) : -5,7 Mds USD (Geostat)
Principaux clients (janvier-mai 2019) : Russie (14,9 % ↗), Azerbaïdjan (11,5 % ↗), Bulgarie (8,1 % =), Arménie (8,0 % ↗),

Ukraine (7,4 % ↗)
Principaux fournisseurs (janvier-mai 2019) : Turquie (17,1 % ↘), Russie (10 % ↗), Chine (10 % ↗), Azerbaïdjan (7,6 %)
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (Geostat 2017) :

  • Agriculture : 9,0 % (pour 50 % de la main d’œuvre)
  • industrie (dont BTP) : 24,3 %
  • services: 66,7 %

MATIERES PREMIERES :

Energies : Le secteur électrique de la Géorgie repose sur trois centrales thermiques et six centrales hydrauliques qui couvrent un peu plus d’un quart de la consommation énergétique nationale.

Sidérurgie : Le potentiel des ressources minérales du pays est représenté par 450 gisements minéraux de 27 types, dont les principaux sont : les minerais de manganèse de haute qualité (Chiatura, réserves – 200 millions de tonnes, extraction annuelle – jusqu’à 6 millions de tonnes). La superficie du gisement de manganèse de Chiatura est de 16 430 hectares. Minerais de cuivre (Marneuli, réserves – 250 mille tonnes).

La Géorgie possède une métallurgie ferreuse et non ferreuse bien développée. La métallurgie ferreuse est représentée par l’usine métallurgique de Roustavi, l’usine de ferroalliage de Zestafoni et l’usine de Chiaturmarganets. La métallurgie non ferreuse est produite par l’usine métallurgique de Marneuli.

Acier, Titane, Nickel, Aluminium : Pas de potentiel à l’export

Bois : 39 % de la superficie totale de la Géorgie est couverte de forêts. 97 % de la surface forestière totale est d’une grande importance écologique. Pas de potentiel à l’export.

Plasturgie : Pas de potentiel à l’export.

Automobile : Réexportation de voitures particulières. 

DEBOUCHES EXPORT :

Les exportations de la Géorgie en 2021 sont en hausse de 26,9 % par rapport à 2020. 

Géorgie export

Focus sur le Kazakhstan

Données générales :

Nom officiel : République du Kazakhstan
Nature du régime : Présidentiel
Chef de l’État : Kassym-Jomart Tokaïev (né le 17 mai 1953)
Chef du gouvernement : Alikhan Smaïlov

Données géographiques

Superficie : 2 724 900 km²
Capitale : Nour-Soultan (1 136 000 habitants)
Villes principales : Almaty (1 916 822 millions d’habitants – l’ancienne capitale
demeure un pôle économique et culturel), Karaganda, Atyraou, Aktaou, Pavlodar, Chymkent)
Langues officielles : kazakh (langue d’État), russe (langue officielle)
Monnaie : Tengué (1 euro = 516 Tengués en avril 2021)
Fête nationale : 16 décembre (Fête de l’Indépendance)

Données démographiques

Population (2021) : 18 917 200 millions d’habitants (population urbaine : 59 %)
Densité : 6 habitants / km²
Croissance démographique (2021) : 1,37 %
Espérance de vie (2019) : 73,18 ans (femmes : 77,3 ans ; hommes : 68,82 ans)
Taux d’alphabétisation : 99,5 %
Religions : islam sunnite de rite hanafite (70,2 %) ; orthodoxie (26 %), minorités
catholiques et protestantes

MATIERES PREMIERES :

Energies :

Le secteur de l’énergie au Kazakhstan tient une place dominante dans l’économie du pays, grâce à des ressources abondantes : 

  • le Kazakhstan est classé en 2019 au 2e rang mondial pour ses réserves d’uranium (15 % du total mondial),
  • au 10e pour celles de charbon,
  • au 12e pour celles de pétrole,
  • au 13e pour celles de gaz naturel.

Le Kazakhstan était en 2018 le 10e producteur et le 9e exportateur mondial de charbon et également le 9e exportateur mondial de pétrole brut. Il est en 2019 le 1er producteur d’uranium avec 41,7 % de la production mondiale.

Les centrales thermiques classiques ont produit 89,6 % de l’électricité du pays en 2018 à partir de charbon (69,5 %), de gaz naturel (20,0 %) et de pétrole (0,1 %).

Les centrales hydroélectriques ont produit 9,7 % de l’électricité du pays en 2018.

Sidérurgie :

La production globale dans la métallurgie ferreuse a atteint 1,7 trillion de tenges (30,7milliards d’euros) en 2019.

Près de 88% de la production est concentrée dans trois régions du pays. La région de Karaganda, où se trouve le sidérurgiste ArcelorMittal, la région de Pavlodar, avec KSP Steel et Aksu Ferroalloy Plant et la région d’Aqtobe, où se trouve l’usine de ferro-alliage d’Aqtobe.

Acier :

Le Kazakhstan a produit 4,003 millions de tonnes d’acier brut en 2020.

Aluminium :

Selon l’International Aluminium Institute, le Kazakhstan est le 25e producteur mondial d’aluminium, avec une part de 0,4 %. La production annuelle moyenne d’aluminium primaire au Kazakhstan est d’environ 250 000 tonnes, dont plus de 30 000 tonnes sont destinées à la fabrication de produits finis dans le pays et près de 90 % sont exportées sous forme de métal primaire.

Nickel :

La République du Kazakhstan compte plus de 30 gisements de nickel et de cobalt. La plupart d’entre eux sont peu profonds et contiennent des minerais à faible teneur. Seuls 8 des gisements explorés ont des réserves de nickel supérieures à 60 000 tonnes. Le nickel est exploité dans les régions d’Aqtobe, de Koustanaï, de Karaganda et du Kazakhstan oriental.

Titane :

Au Kazakhstan, les ressources minérales en titane représentent 50 millions de tonnes.

Les gisements se situent principalement dans l’ouest du Kazakhstan (Shokash, Aschisai, Sabyndykol, etc.), l’est du Kazakhstan (Bektimir, Karaotkel) et le nord du Kazakhstan (Obukhovskoye, etc.). 

Bois :

L’industrie du bois et de la transformation du bois est la seule industrie du Kazakhstan qui ne dispose pas d’une base de matières premières suffisante. Les forêts couvrent 4,5 % du territoire du Kazakhstan est d’une grande importance écologique.

Plasturgie :

Le segment dans son ensemble est sous-développé, de nombreux produits nécessaires n’étant pas du tout fabriqués dans le pays.

Automobile :

 L’industrie automobile du Kazakhstan a enregistré une croissance significative de sa production et de ses ventes en 2020.

La production annuelle du pays a atteint 77 471 unités en 2020, soit une fois et demie plus qu’en 2019 (50 541 unités). Cela inclut la croissance de la production de camions et de bus. En 2020, les usines nationales ont produit un total de plus de 5 000 véhicules, ce qui représente une augmentation d’environ 40 %.

METALLURGIE : 

  • Sous-traitance tôlerie, mécanique, traitement de surfaces.

En novembre 2020, les métallurgistes du Kazakhstan ont fondu 352 504 tonnes d’acier brut. La baisse des volumes en glissement annuel a été de 0,7 %. Pour 11 mois, les chiffres se sont détériorés par rapport à la même période de 2019 de 5,5% à 3 579 921 tonnes, selon les matériaux du Comité des statistiques du ministère de l’Économie nationale du Kazakhstan.

La production de produits en acier plat dans les entreprises sidérurgiques du Kazakhstan s’est élevée à 201 170 tonnes en novembre, soit une hausse de 59,8 % en glissement annuel. De janvier à novembre, la production a augmenté de 22,8 % en glissement annuel pour atteindre 2 285 829 tonnes.

Les producteurs de ferro-alliages ont réduit leurs volumes en septembre de 1,3 % en glissement annuel pour atteindre 180 920 tonnes, mais au cours des 11 premiers mois, la production a augmenté de 1,3 % pour atteindre 2 010 881 tonnes.

  • Sous-traitance aéronautique

Afin de développer l’industrie aéronautique et la compétitivité de la République du Kazakhstan sur le marché de la production, de la maintenance et de la réparation des avions, une entreprise aéronautique moderne LLP ” Kazakhstan Aviation Industry ” a été mise en service en 2016.

Les principales tâches auxquelles l’entreprise est confrontée comprennent l’exécution de l’ordre de défense de l’État visant à rétablir l’état de fonctionnement du matériel aéronautique de l’aviation d’État.

  • Fabricants machinismes agricoles

Au cours des cinq premiers mois de 2020, les fabricants kazakhs de matériel agricole ont produit 825 tracteurs et 139 moissonneuses-batteuses soit l’augmentation de 54% par raport à l’année précédente.

  • Fabricants de machines spéciales

L’industrie de machines spéciales se développe rapidement.  En décembre 2020, une usine de production d’autobus et de véhicules spéciaux, créée conjointement avec Yutong, a été lancée à Saran, dans la région de Karaganda. La capacité nominale de l’usine lui permettra de produire annuellement jusqu’à 1 200 autobus et autobus électriques, ainsi que 500 véhicules spéciaux.

  • Сarrosseries industrielles

Les usines Hyundai, Chevrolet et Ravon étaient les leaders en termes de volumes de production au Kazakhstan, Kia et JAC produisant légèrement moins que Lada. Les ventes de voitures sur le marché intérieur en 2020 ont augmenté de 24 %, pour atteindre 93 000 voitures. Le leader était Hyundai, laissant derrière lui Lada par littéralement 300 voitures.

  • Équipement médical-hygiène

L’industrie des dispositifs médicaux n’est pas développée et plutôt dépendante des importations

BATIMENT : en 2020, le secteur de la construction constituait l’épine dorsale de l’activité économique au Kazakhstan. L’industrie a connu une croissance de 11,2 %. Le volume des logements mis en service a augmenté de 16,8 % pour atteindre 15,3 millions de m². A la suite des mesures prises, la part des producteurs nationaux dans la construction est passée de 58 % en 2008 à 68 % en 2012 et est actuellement est actuellement estimé à environ 70 %.

PLASTURGIE-COMPOSITE :

Le segment dans son ensemble est sous-développé, de nombreux produits nécessaires n’étant pas du tout fabriqués dans le pays. 

Focus sur l'Ouzbékistan

Données générales :

Nom officiel : République d’Ouzbékistan
Nature du régime : présidentiel
Chef de l’Etat : Chavkat Mirziyoïev (élu le 4 décembre 2016)

Données géographiques :

Superficie : 447 400 km2

Capitale : Tachkent
Villes principales : Samarcande, Boukhara, Kokand
Langues officielles : ouzbek, russe
Monnaie : Soum (1E = 12629,7 S au 04 mai 2021)
Fête nationale : 1er septembre (jour de la déclaration d’indépendance vis-à-vis de l’URSS)

Données démographiques :

Population : 34,2 M en 2020 (Banque mondiale)
Taux de croissance démographique : 1,9% en 2019 (Banque mondiale)
Espérance de vie : 72 ans (UNESCO, 2019)
Taux d’alphabétisation : 100% (UNESCO, 2019)
Composition ethnique : Ouzbeks (80%), Russes (5,5%), Tadjiks (5%), Karakalpaks (2,5%), Tatars (1,5%)
Religions : Islam sunnite (88%), Christianisme orthodoxe (9%)
IDH : 0,623 (Banque mondiale, 2020)

MATIERES PREMIERES :

Energies : 

Le secteur de l’énergie en Ouzbékistan est caractérisé par une consommation par habitant faible : environ 1,18 tep par an et par habitant, inférieure de 36 % à la moyenne mondiale. Ses gisements de charbonpétrole et gaz naturel couvrent les besoins du pays, mais les exportations sont modestes. La production d’uranium de l’Ouzbékistan se classait en 2017 au 7e rang mondial avec 4 % de la production mondiale.

La République d’Ouzbékistan compte aujourd’hui 45 centrales électriques en activité, d’une capacité de 12 500 MW. Ils ont produit 62,8 milliards de kWh d’électricité en 2018.

Les centrales thermiques d’Angren, Syrdarya (3 000 MW), Navoi, Novo-Angren et Talimarjan constituent l’épine dorsale de la capacité énergétique du pays. Le secteur hydroélectrique du pays est représenté par

la cascade de centrales hydroélectriques Chirchik-Bozsuya, d’une capacité de 1 200 MW,

Charvak HPP – 600 MW,

HPP d’Andijan – 190 MW,

HPP de Farkhad – 126 MW,

HPP de Gissarak – 45 MW.

Pétrole :

Les réserves prouvées de pétrole1 de l’Ouzbékistan sont estimées par BP à 0,1 milliard de tonnes fin 2018 (0,6 milliard de barils).

Gaz :

Les réserves prouvées de gaz naturel de l’Ouzbékistan sont estimées par BP à 1 200 milliards de m3 fin 2018 

Charbon :

Les réserves prouvées récupérables de charbon de l’Ouzbékistan étaient estimées par BP à 1 375 millions de tonnes fin 2018.

Uranium :

L’Ouzbékistan est au 10e rang mondial pour ses réserves d’uranium : 139 200 tonnes de réserves prouvées récupérables en 2017, soit 2 % des réserves mondiales, très loin derrière l’Australie (30 %) et le Kazakhstan (14 %).

Le Combinat minier et métallurgique de Navoï exploite ces gisements.

Sidérurgie :

L’industrie métallurgique représente un dixième de la production industrielle du pays. L’usine métallurgique ouzbèke, située dans la ville de Bekabad, dans la région de Tachkent, produit une part importante des métaux ferreux (environ 90 %).

Toute la production de cuivre, 90 % de la production d’argent et 20 % de la production d’or sont concentrés dans l’usine d’extraction et de traitement d’Almalyk. Avec deux sociétés minières, deux concentrateurs et deux fonderies, elle développe des gisements de cuivre-molybdène et de plomb-zinc.

L’usine ouzbèke de métaux réfractaires et à haute température de Chirchik est spécialisée dans le traitement du molybdène et du tungstène. Une part importante de la fusion de l’or est concentrée dans le Combinat minier et métallurgique de Navoi, l’un des dix plus grands producteurs d’uranium et d’or.

Acier :

La production d’acier en Ouzbékistan a atteint 80 000 tonnes en décembre 2020.

Aluminium, Nickel, Titane ne sont pas exploités en Ouzbékistan

Bois : 

Au cours des 30 dernières années, les forêts riveraines en

L’Ouzbékistan ont été réduits de 10 fois. En Ouzbékistan, où il y a une pénurie de matière première bois, les usines de transformation du bois pour le recyclage complet des déchets font cruellement défaut.

Plasturgie :

La production de polyéthylène en Ouzbékistan sera déjà plus que quadruplée d’ici 2020, et au lieu de 125 000 tonnes en 2019, elle devrait atteindre plus d’un demi-million de tonnes. Il en va de même pour le polypropylène, dont la production a atteint 66 mille tonnes en 2016. En 2019, la production de ce polymère prometteur devrait atteindre 82 000 à 84 000 tonnes. Tout cela s’inscrit dans la tendance générale mondiale qui consiste à augmenter progressivement l’offre de polypropylène dans le monde chaque année, de 5 à 6 % en moyenne.

Automobile :

C’est l’un des principaux secteurs de l’économie ouzbèke. Un nombre important de la population du pays est employé dans cette industrie. Jusqu’à 250 000 véhicules sont fabriqués chaque année. L’industrie automobile de l’Ouzbékistan se situe entre la 28e et la 37e place parmi les pays producteurs de véhicules à moteur. Selon cet indicateur, l’Ouzbékistan occupe la deuxième place après l’industrie automobile russe dans l’espace post-soviétique et la première place parmi les pays d’Asie centrale

METALLURGIE : 

  • Sous-traitance tôlerie, mécanique, traitement de surfaces.

L’Ouzbékistan a importé 483 000 tonnes de produits métalliques laminés, un volume à peu près équivalent est attendu en 2020. La plupart des produits sont importés de Chine (50 %), de Russie (35 %) et d’autres pays (15 %). En décembre 2020 l’usine métallurgique de Tachkent pour la production d’acier laminé à froid galvanisé a été lancée. Le coût total du projet est de 420 millions d’USD et la capacité est de 750 000 tonnes d’acier laminé par an.

  • Sous-traitance aéronautique

La production d’assemblage d’aéronefs a été éliminée en 2012 en Ouzbékistan 

  • Fabricants machinismes agricoles

Seuls 32 % de l’ensemble des machines agricoles vendues dans le pays ont été produits en Ouzbékistan, tandis que les 67,7 % restants ont été importés.

  • Fabricants de machines spéciales

L’usine automobile de Samarkand a été créée en 1996 pour produire des bus de taille moyenne et des camions légers et moyens. Elle a commencé à fonctionner le 19 mars 1999. De 1999 à 2006, les véhicules ont été produits sous la marque Otoyol, et depuis 2006, sous la marque Isuzu. Actuellement, l’usine produit 4 modèles d’autobus et 5 modèles de camions. La société mère est UzAutoSanoat.

Une coentreprise ouzbèk-allemande pour la production de camions, de véhicules spéciaux et de remorques MAN fonctionne depuis 2009. L’usine est située à la périphérie de la ville de Samarkand La société mère est UzAutoSanoat.

  • Carrosseries industrielles

Les dirigeants de MAZ(Belarus) et de KRANTAS, une société ouzbèke, ont convenu d’organiser la production d’assemblage de châssis de véhicules MAZ en Ouzbékistan en 2021

  • Équipement médical-hygiène

L’industrie des dispositifs médicaux n’est pas développée et plutôt dépendante des importations

BATIMENT :

Au 1er juin 2021, le nombre d’entreprises du secteur de la construction a atteint 43 300, soit une augmentation de 5 000 par rapport à la même période de l’année dernière. Sur le nombre total d’entreprises de construction, 56,9% sont impliquées dans la construction de bâtiments et de structures, 9,9% dans la construction de travaux de génie civil et 33,2% effectuent des travaux de construction spécialisés. 

L’un des événements importants de 2021 a été la décision du président ouzbek Shavkat Mirziyoyev de construire un “nouvel Andijan”. Le chef de l’État a personnellement posé la première pierre d’une nouvelle ville entièrement nouvelle dans la région d’Andijan.

Le nouvel Andijan sera construit dans les collines non loin d’Andijan. Elle comprendra plus de 130 000 appartements dans des immeubles collectifs : la ville elle-même est conçue pour accueillir plus de 450 000 personnes. La construction de la ville est prévue en huit phases entre 2021 et 2041.

Focus sur l'Azerbaïdjan

Données générales

Nom officiel : République d’Azerbaïdjan
Nature du régime : République parlementaire
Chef de l’État : Président de la République : Ilham Aliyev (depuis 2003)
Première vice-présidente de la République : Mehriban Aliyeva (depuis 2017)

Données géographiques :

Superficie : 86 600 km²
Capitale : Bakou
Villes principales : Soumgaït, Gandja, Lenkeran, Sheki
Langue officielle : azerbaïdjanais ou azéri
Monnaie : manat
Fête nationale : 28 mai (déclaration d’Indépendance en 1918)

Données démographiques :

Population (2021) : 10,3 millions d’habitants
Taux de croissance démographique (2021) : 1,39 %
Densité (2021) : 117 hab/km²

Espérance de vie (2021) : 73,2
Taux d’alphabétisation (2016) : 99,8 %
Religion(s) : musulmans (96%, dont chiites 65-70% et sunnites 30-35 %), chrétiens et juifs (environ 4 %).
Indice de développement humain (2018) : 0,756 (88ème rang)

 

 MATIERES PREMIERES :

Energies :

 

Le secteur de l’énergie en Azerbaïdjan est dominé par le pétrole et de gaz naturel, l’industrie des hydrocarbures de ce pays faisant partie des plus anciennes du monde.

Le pays n’ayant pas accès à l’océan mondial, il s’appuie sur un petit nombre de pipe-lines pour exporter son gaz comme son pétrole.

Le pays produit environ 25 TWh en 2015. Les centrales au pétrole ont été remplacées ou converties en centrales au gaz naturel, ce dernier combustible fournit maintenant 93 % de l’électricité du pays, le reste provenant de quelques barrages4. Le secteur électrique n’est pas ouvert à la concurrence.

 

Sidérurgie :

 

L’Azerbaïdjan comprend la fusion du fer et de l’acier ainsi que l’extraction et le raffinage du minerai de fer. Les villes de Bakou, Sumgaït et Dashkesan sont de grands centres métallurgiques. Outre les gisements de minerai de fer, Dashkesan possède une usine de raffinage du minerai qui fonctionne depuis 1954. L’usine de laminage de tuyaux de Sumgaït produit des tuyaux et des produits laminés. Le volume de production d’acier laminé est de 700 000 tonnes par an et celui des tuyaux de 540 000 tonnes par an.

 

Acier :

 

De janvier à août 2020, le volume de la production de matières premières dans l’industrie métallurgique de l’Azerbaïdjan a atteint 433,1 millions d’AZN, soit une augmentation de 2,3 fois par rapport à la même période de l’année dernière.

Dans l’ensemble, 163,2 milliers de tonnes d’acier ont été fondues en Azerbaïdjan de janvier à août (en baisse de 27,3 %), 152,6 milliers de tonnes d’acier de renforcement (en baisse de 23,6 %), 23,6 milliers de tonnes de tuyaux en acier (en hausse de 19,8 %), la production d’alliage primaire d’aluminium brut a diminué de 0,8% pour atteindre 24 milliers de tonnes.

 

Aluminium :

 

Azeraluminum LLC est la principale entreprise dans le domaine de la métallurgie des métaux non ferreux en République d’Azerbaïdjan et le seul producteur d’aluminium primaire dans le Caucase du Sud. Le complexe d’aluminium comprend 4 usines (usine d’électrolyse, usine de traitement des anodes, usine de coulée continue et de laminage, usine de laminage à froid et de peinture) d’une capacité de production de 480 000 tonnes par an.

 

Nickel, Titane ne sont pas exploités en Azerbaïdjan

 

Bois :

 

Les forêts couvrent 11,8 % du territoire de l’Azerbaïdjan. Azerbaïdjan ne possède pas de réserves forestières importantes (les matériaux sont en grande partie exportés de Russie). Le bois est récolté sur les pentes des montagnes et transformé dans les scieries des districts de Zagatala, Lachin et Lankaran. Les principales installations de production pour la transformation du bois et la fabrication de meubles sont situées dans la capitale, Bakou.

 

Plasturgie :

 

De janvier à octobre 2021, le volume de production de produits en caoutchouc et en plastique en Azerbaïdjan s’est élevé à 311,7 millions de manats (167 millions d’euros), soit une augmentation de 19 % sur l’année.

 

Automobile :

 

L’industrie automobile est un secteur d’ingénierie majeur en Azerbaïdjan.

L’usine automobile de Ganja produit de camions conjointement avec la société biélorusse MAZ, fabrique avec la société russe 6 modèles de camions UAZ, des tracteurs “Belarus”, produit également des voitures Oka. 

En 2017, un mémorandum a été signé avec des représentants de l’usine automobile tchèque sur la production de camions Tatra en Azerbaïdjan. Mais l’échelle de production ne couvre pas encore même 5 % du marché local.

 

METALLURGIE : 

 

  • Sous-traitance tôlerie, mécanique, traitement de surfaces.

Azerbaïdjan importe essentiellement des métaux en feuille de l’Ukraine, de la Russie, du Kazakhstan

  • Sous-traitance aéronautique

Un centre de service conjoint entre Hélicoptères russes et Silk Way Helicopter Services d’Azerbaïdjan a commencé à fonctionner à Bakou en 2018.

  • Fabricants machinismes agricoles et machines spéciales

L’usine automobile de Ganja couvre 5 % des besoins du marché local.
95 %
de machines spéciales et agricoles sont importés.

  • Équipement médical-hygiène

 Les équipements médicaux sont principalement importés en Azerbaïdjan

 

BATIMENT :

En 2020, la construction en Azerbaïdjan s’est élevée à 3,3 milliards de dollars, ce qui la place au 78e rang mondial, à égalité avec celle du Turkménistan (3,3 milliards de dollars).

Accompagner les entreprises souhaitant vendre en zone eurasiatique : l’expertise Dualest

Notre connaissance du marché eurasiatique fait de nous les leaders de l’accompagnement des entreprises françaises en zone eurasiatique. Notre connaissance des tendances de consommation actuelles nous permet de vous orienter dans votre implantation locale.

Dualest : un partenaire de qualité et qualifié

Fort de 30 ans d’expérience, Dualest conseille et aide les entreprises à se développer en Russie et sur l’ensemble des marchés eurasiatiques. Les experts Dualest, basés en France et en zone eurasiatique, travaillent un accompagnement personnalisé pour chaque projet.

Comment être aidé pour un projet d’export en zone eurasiatique ?

Riche de ses spécialistes de tous les secteurs commerciaux, Dualest vous garantit l’accompagnement dédié de votre projet. En entrant en contact avec Dualest, vous pourrez bénéficier d’un regard d’expert et affiner votre projet pour que votre business soit un succès.