Les ressources hydriques dans les pays stan d’Asie Centrale

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Le stress hydrique, la sécurité hydrique sont parmi les principaux enjeux mondiaux du 21e siècle. Les besoins en eau de l’humanité augmentent tous les ans d’environ 1 % en raison des effets combinés de la croissance démographique, du développement socio-économique et de l’évolution des modes de consommation. La sécurité hydrique d’un pays est assurée si la demande en eau de tous les consommateurs et utilisateurs d’eau est satisfaite quelles que soient les variations des conditions climatiques, hydrologiques et autres conditions naturelles, à tout moment et dans toute zone du pays.

Afin d’évaluer la sécurité hydrique, on prend en considération plusieurs facteurs :

  • La disponibilité des réserves d’eau 
  • L’approvisionnement en eau potable (accès public)
  • Les réservoirs (volume par habitant, risques)
  • Les impacts environnementaux
  • La pollution
  • Les écosystèmes hydriques

Depuis leur indépendance, malgré les grandes différences en caractéristiques naturelles, les pays de l’Asie centrale ont généralement été en mesure d’assurer la sécurité hydrique de leur pays grâce à une coopération et des engagements mutuels. Cela s’applique aussi bien aux pays disposant d’un excédent de ressources en eau (comme le Kirghizstan et le Tadjikistan) qu’à ceux qui souffrent d’une grave pénurie pour leurs propres capacités (le Turkménistan et l’Ouzbékistan). Quant au Kazakhstan, pays globalement grand consommateur d’eau, le respect par les pays voisins de leurs obligations contractuelles est important pour ses réserves naturelles, y compris le bassin du Syr-Darya.             

La sécurité hydrique est soumise à de nombreux facteurs qui peuvent créer des irrégularités dans l’approvisionnement en eau : il s’agit le plus souvent de prévisions incorrectes sur la disponibilité en eau des sources, d’une surestimation de la consommation d’eau lors de l’élaboration du plan d’approvisionnement en eau, d’écarts par rapport aux limites de la distribution transfrontalière de l’eau ou encore d’une comptabilité de l’eau insatisfaisante, etc.

Les perspectives à court terme, jusqu’en 2030, font apparaître un certain nombre de facteurs déstabilisants qui pourraient modifier sensiblement l’état de la sécurité hydrique dans la région. Comme l’indique les rapports de 2020, les principaux facteurs d’aggravation de la pénurie d’eau seront les effets du changement climatique et leur impact sur les ressources ainsi que la demande en eau, la croissance démographique, la croissance industrielle et l’augmentation des prélèvements d’eau par les pays voisins: l’Afghanistan, la Chine et la Russie. La différence estimée dans la disponibilité de l’eau pour l’ensemble de la région serait d’au moins 10 km3 par an. Ces calculs ne prennent pas en compte les impacts éventuels de la construction de nouvelles structures hydrauliques. Comme la construction du complexe de Dasht-i-Dzhun sur le Panj qui pourrait entraîner des pertes allant jusqu’à 10 km3 d’eau.

L’analyse montre que l’état actuel de l’utilisation des ressources en eau dans chaque pays comporte des réserves et des lacunes importantes qui nécessitent une attention particulière et un ensemble de mesures de la part de chacun des gouvernements et de chacune des organisations de gestion de l’eau, tant au niveau national qu’au niveau interétatique.

Mesures au niveau national :

  • Création d’un organisme unique de coordination et de gestion de l’eau dans chaque pays, doté de tous les droits et responsabilités en matière d’utilisation rationnelle;
  • Introduction d’une comptabilité de l’eau exhaustive et obligatoire, de préférence automatisée pour assurer un contrôle continu de l’exactitude des plans de distribution de l’eau et éviter les pertes à tous les échelons de la hiérarchie;
  • Révision des normes d’utilisation de l’eau conformément à des méthodes de rationnement améliorées et en tenant compte de tous les facteurs d’approvisionnement en eau ;
  • Introduction d’un système de tarification obligatoire de l’eau, de préférence sur une échelle progressive, afin d’accroître l’intérêt des usagers à une utilisation économique de l’eau ;
  • Introduction généralisée du système GIRE afin d’augmenter la productivité de l’eau et de réduire les pertes improductives;
  • Augmentation du niveau technique des infrastructures, améliorer l’entretien et la surveillance des installations hydrauliques afin d’atteindre un niveau élevé de fiabilité technique ;

Mesures au niveau interétatique :

  • Création d’un cadre politique et économique pour une utilisation durable et acceptable  de tous de l’eau sur les cours d’eau interétatiques de la région, à partir de l’approbation de réglementations claires sur les interactions et les obligations mutuelles des organismes régionaux et nationaux ;
  • Développement et approbation d’un programme pour l’utilisation rationnelle des ressources en eau ; revenir à l’initiative de l’ICWC visant à réduire la limite annuelle des prélèvements d’eau dans les pays, en tenant compte de la tendance à la diminution de la disponibilité de l’eau dans les rivières de l’AC (impact climatique) et de la possible augmentation des prélèvements d’eau par l’Afghanistan ;
  • Amélioration du système de prévision des débits et contrôle de leur fiabilité, permettant le passage à une régulation pluriannuelle des débits fluviaux tout en améliorant la précision de la planification annuelle. L’augmentation de la disponibilité annuelle et saisonnière de l’eau au cours des années de pénurie peut être obtenue grâce à une régulation pluriannuelle efficace des débits fluviaux par les grands systèmes de réservoirs. Seule l’utilisation coordonnée des réserves d’eau pluriannuelles du réservoir de la centrale hydroélectrique de Rogun (après son remplissage et sa mise en service) peut augmenter de 6 % l’indicateur de la disponibilité réelle de l’eau pendant les années de basses eaux (probabilité de dépassement de 95 %) ;
  • Introduction d’un système de contrôle automatisé pour le complexe de structures hydrauliques sur les principaux fleuves SCADA afin d’améliorer la précision de l’approvisionnement en eau planifié pour les pays et éliminer les pertes ;
  • Amélioration de la logistique et du financement des organes exécutifs de l’ICWC; introduction d’un paiement pour la surallocation des limites d’allocation d’eau interétatique ;
  • Développement d’un système d’information ouvert et fiable avec une information en ligne continue des organisations de gestion de l’eau et des utilisateurs de l’eau sur l’état du système de gestion de l’eau ;
  • Développement d’un système régional de développement du personnel basé sur la diffusion des meilleures pratiques; mise en place d’un système de formation pour les “futurs leaders de l’eau”;
  • Création d’un consortium de l’eau et de l’énergie en tant qu’organisme garantissant la durabilité des relations et des finances dans ce domaine;
  • Rationnement des pertes d’eau dans les cours d’eau. Le rationnement et la réduction attendue des pertes des canaux dans les bassins de l’Amou Darya et du Syr-Darya (avec un contrôle automatisé approprié des pertes et sans dépassement des normes) du maximum observé au minimum (pour la période 2010-2020) élèvent l’indicateur des ressources en eau réelles dans les bassins de l’Amou Darya et du Syr-Darya. Dans le bassin du Syr-Darya, la disponibilité réelle de l’eau augmente de 10% pour le bassin de l’Amou Darya et de 15% pour le bassin du Syr-Darya.
  • Partage du potentiel hydroélectrique – Création d’un groupe de travail régional chargé d’élaborer des mesures pour le développement et l’utilisation du potentiel hydroélectrique des bassins fluviaux d’Asie centrale et de préparer une proposition d’experts pour le projet : « Spécifications des “schémas pour l’utilisation intégrée du potentiel hydroélectrique des rivières du bassin de la mer d’Aral” »; élaboration et mise en œuvre d’un programme pour l’utilisation intégrée et bénéfique du potentiel hydroélectrique des rivières dans le cadre duquel des travaux de conception et de construction communs devraient être envisagés; élaboration d’un accord interétatique sur l’utilisation et le développement communs du potentiel hydroélectrique des bassins fluviaux d’Asie centrale, dans le cadre duquel des garanties juridiques pour les pays devraient être définies afin de prévenir les risques de dommages dans les pays en cas de en cas de non-respect des régimes d’exploitation convenus des installations hydroélectriques.